dimanche 17 juillet 2011

DEVELOPPEMENT PSYCHOMOTEUR DE L'ENFANT

I. DES REFLEXES ARCHAIQUES A LA MARCHE
1. REFLEXES INNES

- Déplier ses alvéoles et découvrir la respiration aérienne
- Téter
- Déglutir
- Réflexes moteurs :
- Grasping: le médecin glisse un doigt dans chaque main. Le bébé serre le doigt de l'opérateur de façon réflexe. La prise est telle que le médecin peut soulever le nouveau né.
Cela signifie que le nouveau né est équipé dès la naissance pour supporter son poids dans ses membres supérieurs.
- Réflexe de Moro ou "réflexe d'embrassement". Les bras
s'écartent symétriquement et se rejoignent. Il est déclenché
par des stimulations proprioceptives. Sa persistance après
6-7 mois est pathologique.
- Réflexe de fouissement. Réflexe de recherche et
d'orientation vers le sein. Il est suivi des réflexes de
succion et de déglutition.
- Le « réflexe automatique de la marche » est une très mauvaise appellation.
Elle sous entend que la marche est préconditionnée dans le cerveau et que le petit d'homme est marcheur génétiquement programmé. Or, le médecin soutient le nouveau-né sous les aisselles. Celui ci est suspendu et pousse avec un pied lorsqu'il trouve un appui pendant qu'il retire l'autre membre en triple flexion.
C'est un pendule en équilibre sous le point d'ancrage.
La marche, c'est l'équilibre du pendule au dessus du point d'appui,
c'est purement théorique en physique mécanique,
c'est du réel en physique humaine.
Il lui faudra 13 à 14 mois d'apprentissage pour réaliser cet équilibre.
Si ceux qui ont décrit ce "réflexe automatique" n'avaient été empreints d'un esprit déterministe, ils auraient simplement décrit une simple réaction de pédalage à la pression plantaire; (Probablement acquis pendant la vie intra utérine , les fameux coups de pieds que ressent la maman).

Avant 6 mois le tronc n'assume pas l'équilibre vertical
2. MOTRICITE ACQUISE
Créer des synapses (réseaux neuronaux)
qui agissent par des synergies (réseaux de muscles).
le regard et le cou:
- Coupler les 2 yeux.
- Créer une synergie regard-motricité -cou

La motricité du tronc ne permet pas encore de tenir assis.

Jusqu'à 6 mois les mains sont des pieds.
(sauf pour sucer son pouce)
On soulève sa tête comme un phoque en s'appuyant sur les avant bras et les mains.
- Synergie cou-bras. (Jusqu’à 6 mois les mains sont des pieds et servent d’appui).







  • 6mois Assis.
. Contrôler la réaction d’extension du tronc qui projette la nuque en arrière Création d'une cocontraction fléchisseurs-extenseurs du tronc pour tenir assis.
Les mains sont libérées de leur fonction d’appui et peuvent se lancer à la conquête du volume pour porter à la bouche et apprendre.



La main permet de contrôler un volume.  

Plus tard, le grutier étendra son schéma corporel au bras de la grue et pourra contrôler son godet au cm près.

















Évolution de la préhension 
- 3 mois le nourrisson commence à porter le dos de sa main à sa bouche voire un doigt.
- 4 ou 5 mois commence à tenir son biberon à deux mains 
- 5-6 mois il ratisse les objets avec les 3 derniers doigts.
- 7-8 mois pince pouce avec  3 derniers doigts
- 9-10 mois pince pouce- index 
 
  • 6 mois le retournement :
4 façons d’initier le retournement
- décoller l’épaule par rotation du tronc (a)
- lever une jambe et la lancer de l’autre côté (b)
- plier une jambe et pousser sur un pied ©

- se replier en position fœtale




  • 8 mois : 4 pattes
tous les enfant ne se déplacent pas à 4 pattes. Beaucoup se déplacent sur les deux fesses, ou latéralement sur une fesse. Tous autour de 8 mois vont chercher à découvrir la pièce qui les entoure. Se met ainsi en place, toute une stratégie de contournement d'obstacle pour récupérer le jouet qui a roulé "de l'autre côté".




  • 9 mois: debout avec prise :
le bébé commence à s'apercevoir que le monde des adultes se situe sur la table. Il se lance donc dans la varappe pour découvrir le monde qu'on croit mettre hors de sa portée.

  • 12 mois : bipédie
il lâche les prises manuelles et se retourne face au vide. Il va rester un mois ou plus à tenir les parents en haleine. "oh il est paresseux, il pourrait marcher mais i veut pas".
Grande confusion entre vouloir et pouvoir. Confusion qui poursuit ensuite tous les patients cérébro lésés accusés, ou soupçonnés d'avoir la trouille ou la flemme de marcher.
Pour marcher, il faut avoir
1) la force de lever un pied
2) l'équilibre pour lever un pied
3) la sécurité pour éviter les chutes (protections sirtaki)
4) la sécurité pour se protéger quand la chute est enclenchée
5) la possibilité de se relever
6) avoir quelque chose à faire ailleurs.
  • 13 mois : marche.
La bipédie ne mène à rien. Elle est statique. Elle ne permet pas d'avancer, elle permet de tenir debout. Le moineau, le kangourou sont bipèdes. Ils sautent sur deux appuis.
La marche est unipède: il y a un préalable au premier pas: c'est le transfert latéral du centre de gravité pour libérer une jambe de sa fonction d’appui. Seule l’ »unipédie » permet de lever un pied.
C'est ce préalable qui est perdu par les patient parkinsonniens, "frontaux" ou souffrant d'atrophie multi systématisées... Ils sont inondés par la consigne "en avant marche!" et le préalable: "comment transformer un appui en pendule" est shunté.

Puis 3 façons d’initier le mouvement
- avancer le tronc (a)
- lancer une jambe en avant (b)
- monter sur pointe de pied ©
(les trois mécanismes qu'on avait inventés pour se retourner)
(le bébé marche les pieds écartés et attaque de la pointe. C'est peu à peu que le polygone se resserre et que l'on attaque du talon)

Note:  la marche est acquise vers 13 mois à une époque où le contrôle moteur n'accède pas à la conscience. Le souvenir conscient de ce qu'on a fait la veille n'existe pas vraiment à 13 mois. La marche s'est construite également avant le langage. Il y a peut être escroquerie mentale de la rééducation motrice: nous n'avons que des schémas de contrôle conscient  à proposer à nos patients neurologiques. Ces schémas moteurs conscients sont des schémas lents et pauvres, alors que la motricité automatique est rapide et riche. D'après  Atlan  la conscience qu'on a du mouvement est interprété comme sa cause. -Qu'est ce que l'auto-organisation Le vivant post génomique Odile Jacob p 243;-




  • la course:
 
vers 2-3 ans l'enfant se lance dans des embardées superbes : il court à la recherche de son centre de gravité. C'est une marche rapide, il n'y pas de temps de suspension entre les appuis.
vers trois ans :
l'enfant commence à découvrir le pas chassé. Il se déplace un peu comme notre cousin gibbon. Mais il n'a toujours pas de temps de suspension. Dans sa 5ème année il découvre un saut à cloche pied et le deuxième saut à cloche pied dans sa 6 ème année.
A partir du 2 ème cloche pied il a une course avec temps de suspension entre les appuis.

Pédalage Equilibre :
- 2 ans vélo avec petite roues commence à se diriger.
- 3 ou 4 ans commence à faire du vélo sans petites roues.
- 3 ou 4 ans  ans nage en "petit chien" avec les mains et en  pédalant avec des palmes aux pieds.

Habillage: Toilette
A partir de 3 ans l'enfant commence à s'habiller seul. Il parviendra à faire ses lacets vers 5 ans.
4 ans commence à   se laver seul, même les dents.


http://posmodev.pagesperso-orange.fr/index.htm

Aucun commentaire:

Rechercher dans ce blog

Qui êtes-vous ?

Nous sommes huit kinésithérapeutes bordelais, nous voulons promouvoir la rééducation neurologique en libéral. Francis Laurent.