lundi 5 janvier 2009

La pelle du 18 juin


"l'intelligence corporelle a perdu une bataille, mais elle n'a pas perdu la guerre. "
On oppose toujours travail intellectuel et manuel. Les travailleurs "intellectuels" reconnaissent le travail manuel avec une admiration légèrement condescendante: "je ne saurai pas faire!" En revanche " il ne leur vient pas à l'idée  qu'ils ne "sauraient pas faire" non plus le travail de manœuvre. Pour beaucoup, il y a une aristocratie ouvrière qui a un savoir faire manuel et une piétaille manouvrière qui vend sa "force" corporelle au smic (les anciens  brassiers). Mais ce qu'on appelle force est en fait coordination et intelligence corporelle afin de pouvoir tenir sa journée de huit heures, sa semaine, son année, ses annuités .
La synergie des contraires.
1) Le manche de la pelle appuie sur la cuisse, (levier inter-appui), la main droite en pronation appuie sur l'extrémité du manche, la main gauche en supination accompagne la flexion de cuisses qui poussent la pelle en avant sous le sable.

2) appui de la main droite sur l'extrémité par extension de l’avant bras avec flexion avant bras gauche puis rotation du tronc,
3) extension de la main droite associée à une flexion du poignet gauche: sable et ciment tombent de la pelle et se répartissent en pyramide.
Si on confiait à un kinésithérapeute l'enseignement  de l'art de mélanger le sable avec la chaux personne n'aurait de maison. Car les kinés veulent toujours expliquer le mouvement et ne croient  pas dans l’auto-organisation. 
Depuis des milliers d'années, les manoeuvres maçons mélangent le sable et la chaux en faisant des tas qui se mêlent miraculeusement sans que les savants physiciens n'aient encore compris comment. http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/intervention_s_douady.pdf
Les gestes qui paraissent les plus frustes sont d'une précision extrême et échappent à la conscience de celui qui les pratique. L'attention est portée sur ce que l'on fait et non à comment on le fait. Le comment se met peu à peu en place, par l'imitation de l'ancien et la répétition. C'est l'outil sur la durée qui apprend au corps qui s'auto-organise. Et même à la chaîne, il y a des virtuoses qui peu à peu prennent plaisir à faire vite et bien. Le malheur, c'est que dès que l'encadrement comprend que le plaisir de faire génère du temps, il accélère la chaîne.
- lire l'établi de Robert Linhart-

Aucun commentaire:

Rechercher dans ce blog

Qui êtes-vous ?

Nous sommes huit kinésithérapeutes bordelais, nous voulons promouvoir la rééducation neurologique en libéral. Francis Laurent.